1911-mouquieuxpresi

04/09/2011

On ne s'improvise pas apiculteur

Ne tombez pas dans les pièges tendus sur internet où l'on peut lire que l'apiculture c'est facile, qu'il n'y a qu'à acheter une ruche, de lui mettre un essaim et qu'il n'y a plus qu'à laisser faire.  Il est illusoire de vouloir placer une ruche au fond du jardin, sans jamais y toucher, juste pour le plaisir de la nature.  Cette ruche risque de tourner à boîte à piqûres, d'être une source de maladies pour les ruchers voisins et de finalement conduire, de manière sûre, à la mort de la colonie.  Pour moi, l’apiculture ne consiste pas à avoir des abeilles mais à s’occuper d’abeilles.  Ce qui, vous le conviendrez, n’est pas du tout la même chose.  En outre, devenir apiculteur ne s’improvise pas.  En effet, cette passion nécessite d’être à la fois curieux, observateur, calme, patient et régulier dans le travail.  Celui qui n’est pas prêt à mettre en oeuvre toutes ces compétences ou de les développer au service de ses ruches n’en obtiendra rien.  Entreprendre avec succès l’élevage des abeilles requiert de nombreuses connaissances théoriques et pratiques.  Qu’il s’agisse de la biologie de l’abeille, de la flore mellifère, des techniques de production apicole ou de la législation; une formation sérieuse est nécessaire pour acquérir les notions essentielles et le savoir-faire indispensable à la conduite d’un rucherL’idéal consiste, bien entendu, à suivre un cours d’apiculture où vous pourrez acquérir ces connaissances de base en un minimum de temps. 

 

16:13 Écrit par Jean-Luc Strebelle dans Mise en garde | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

03/09/2011

Combien de temps faut-il consacrer à l'apiculture ?

Sachez qu’il faut du temps pour pratiquer l'apiculture. Si ce temps vous manque, revenez à cette idée quand vous en aurez un peu plus à offrir à vos abeilles.  Vous devrez procéder, à chaque début de printemps, à un grand nettoyage de vos ruches.  Comptez, pour ce faire, 1 heure par ruche.  Puis, vous devrez surveiller le développement de vos colonies régulièrement tous les 7 jours pendant tout le temps que dure la saison des essaimages.  Avec 4 ruches, ces visites de contrôle hebdomadaires demandent environ 2 heures tout compris (souvent, s'habiller et préparer l'enfumoir requière plus de temps que le temps que vous passerez avec vos abeilles).  En fin de saison, il vous faudra procéder à une visite pour traiter contre le varroa et diminuer le volume de vos ruches et encore à une autre visite, après avoir nourri vos abeilles, pour l'équilibrage des réserves des colonies.

14:49 Écrit par Jean-Luc Strebelle dans Mise en garde | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Pour débuter en apiculture... Combien ça coûte ?

Il n'est pas simple de répondre à cette question.  

Vous devez savoir que différents coûts se présenteront successivement à vous : les coûts de formation, l’achat de votre équipement minimum pour que vous puissiez visiter des ruches, l’acquisition de vos premières ruches et d’abeilles et enfin l’achat de votre matériel de miellerie. 

Vous voyez qu'en définitive, il n'est pas évident de répondre à la question "Combien ça coûte ?"  Aussi, je vous conseille de vous initier à l’apiculture « pas à pas », sans brûler les étapes pour éviter les déceptions et les déconvenues financières. 

 

Le rucher-école de Tournai inscrit la formation qu’il organise dans une approche progressive de l’apprentissage de l’apiculture

 >  On conseille de n’effectuer aucun achat intempestif en début de formation car de multiples conseils concernant le choix du matériel, l’installation des ruches… font l’objet des cours de 1ère année.

 >  On conseille de s’inscrire, dès janvier-février de la première année de formation, à la section apicole de sa région et de prendre contact avec un apiculteur expérimenté pour qu’il vous parraine dans votre démarche d'apprentissage.  L’objectif étant que vous puissiez l’accompagner dans son travail apicole et ainsi revoir et refaire plusieurs fois les techniques apprises au cours.  Bien souvent, le parrain sera la personne qui vous aidera à avoir votre premier essaim.

 >  Les visites de ruches débutant en février-mars, le temps est alors venu de réaliser les premiers achats d’équipement minimum : vêtement de protection, enfumoir, lève-cadres.

 >  Mai-juin correspond au moment d’acheter vos ruches et/ou abeilles.  L’idéal est de pouvoir hiverner deux ruches peuplées, dès la fin de votre première année de formation afin que vous puissiez poursuivre votre formation pratique de 2ème année sur vos propres ruches.

 >  Mai de la 2ème année correspond au moment de l’achat d’un maturateur et d’un malaxeur manuel.  Les premières récoltes se faisant à l’aide du matériel de miellerie (extracteur, fourchette à désoperculer, tamis…) que votre section apicole (ou votre parrain) peut mettre à votre disposition.

 >  Les cours de deuxième année étant basés sur l’élevage de reines, Il serait normal que vous puissiez avoir constitué, en fin de 2ème année de formation, 3 à 4 colonies ayant chacune, à leur tête, une reine d’abeille noire indigène de qualité.

 >  Nous considérons que travailler, ensuite, avec 3 à 4 colonies est un minimum.  La comparaison que vous pouvez y faire, vous permettra de comprendre un peu plus facilement comment ces dernières se développent.  Vous disposerez, de cette façon, du matériel biologique nécessaire pour régler les problèmes que vous détecterez dans vos colonies et pour faire votre élevage de reine. Toute colonie passant l’hiver, pouvant vous offrir 2 nouveaux essaims le printemps suivant : votre rucher pourra s'accroitre petit à petit et, en quelques années, vous vous retrouverez ainsi avec une douzaine de ruches.

 >  Il va, sans dire, qu’à partir d’un certain nombre de colonies de production, vous devrez alors penser à l’achat de votre propre matériel de miellerie.

14:42 Écrit par Jean-Luc Strebelle dans Combien ça coûte | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |