1911-mouquieuxpresi

08/03/2007

Le nourrissement de stimulation printanière

Il est à utiliser avec circonspection et demande une bonne expérience, non pas dans sa mise en œuvre - qui est très simple - mais dans son opportunité.

L'objectif est de stimuler l'élevage pour obtenir une population d’abeilles importante à un moment précis, la miellée en l'occurrence.  Le nourrissement stimulant est à faire 65 jours avant la "date-cible" choisie.  Pour rappel : il faut 3 jours pour lancer la ponte de la reine, 42 jours pour faire une butineuse et 20 jours pour avoir le supplément des 20.000 abeilles escomptées par rapport à l’élevage non stimulé.

Un nourrissement stimulant n'aura sa pleine efficacité que si la reine est capable d'accroître sa ponte (donc si la colonie a une jeune reine de qualité) et si les nourrices sont capables de nourrir les larves en produisant beaucoup de gelée royale (ce qui implique qu'elles aient beaucoup de pollen à leur disposition).  D'où la nécessité de nourrir au printemps avec un apport de pâte protéinée à placer directement sur les têtes de cadres du nid à couvain.

Le nourrissement peut provoquer de multiples problèmes si la miellée n'arrive pas au moment escompté quand la population est très importante, ou que les conditions météorologiques soient défavorables à ce moment là : il y aura alors un risque de perte de la colonie (famine possible, mais plus vraisemblablement essaimages multiples) ou un risque sanitaire (resserrement de la grappe avec abandon de couvain).

 
Nourrissement

00:18 Écrit par Jean-Luc Strebelle dans TP : Nourrissement | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

05/03/2007

Fabrication d'une pâte de nourrissement

 candipréparation candi

18:35 Écrit par Jean-Luc Strebelle dans TP : Nourrissement | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

19/02/2007

Différentes recettes pour nourrrissement

1) le candi
Chauffer jusqu'à la température précise de 118° C, 1 litre d'eau avec 5 Kg de sucre cristallisé et 1 Kg de miel.  La casserole devra être assez haute pour avoir un rebord d'au moins 10 centimètres entre la surface du liquide et celle du bord du récipient.  Il faut avoir à sa disposition une éponge imbibée d'eau.  Si le sirop mousse trop fortement et menace de déborder, passer l'éponge imbibée d'eau sur la paroi interne de la casserole.  Laisser refroidir une heure afin que la température du mélange atteigne environ 80° C (à 15° C près).  Battre la masse énergiquement, avec un batteur (inoxydable) électrique pour lui faire perdre sa transparence. Verser le candi dans des formes appropriées tant qu'il est encore chaud et liquide; froid, il sera dur.

2) le candi malaxé à froid
Mélanger en malaxant bien 4 parts de sucre glace pour 1 part de miel. Le candi doit être homogène et souple.

3) Le sucre en pâte
Préparer tout d'abord un sirop de sucre ou un sirop de miel à 65% environ.  Quand ce sirop est encore chaud, lui ajouter en malaxant bien tout ce qu'il peut absorber de sucre glace (celui qui sert à sucrer les gaufres et les gâteaux).  Un kilo de sirop peut absorber de 5 à 6 kilos de sucre glace.

4) Un sirop stimulant avec compléments protéinés
Délayer 50 gr de pollen en pelotes dans un quart de litre d'eau.  Ajouter un sirop de sucre fait à froid en faisant dissoudre 1 kg de sucre (ou de miel) dans trois quarts de litre d'eau. Après dissolution, mélanger au pollen délayé dans l'eau.  On peut remplacer le pollen, si on n'en a pas, par une égale quantité, soit de farine de soja déshuilée, soit par de la levure de bière sèche.

5) Un sucre en pâte avec compléments protéinés
Une ration type pour une ruche est constituée d’une part de 60 gr de pollen dissout dans 300 gr de sucre et 150 gr d'eau  et d’autre part de 180 gr de farine de soja. Malaxer le tout pour obtenir une galette qui sera placée sur les têtes de cadres.

14:29 Écrit par Jean-Luc Strebelle dans TP : Nourrissement | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |