1911-mouquieuxpresi

09/12/2009

 Avoir un arbre fruitier

Les arbres fruitiers ont leur place dans tous les jardins. Au printemps, leur floraison éblouissante ajoute le plaisir des yeux à la gourmandise.   Il ne s'agit pas ici de parler de tous les arbres fruitiers, tant ils sont divers.  N'hésitez pas à planter des arbres fruitiers, tant pour leur qualité d'arbres ou d'arbustes d'ornement que pour leur côté jardin gourmand. 

Choix des variétés de fruitiers
Il faut savoir que tous les arbres fruitiers ont une abondance de variétés.  Cela permet d'avoir des récoltes à des périodes différentes, des fruits de taille et de goûts différents...   L'espèce et la variété de l'arbre fruitier que vous allez planter devra s'adapter correctement au sol et au climat de votre jardin.  En outre, à moins que l'arbre ne soit autofertile, vous devrez posséder à proximité une variété pollinisatrice, sans quoi faute de fécondation vous n'obtiendrez pas de fruits !

Quand planter vos fruitiers ?
A la Sainte Catherine (25 novembre), tout bois prend racine, raconte le dicton.   Sans le prendre au pied de la lettre, en automne la terre est à la fois chaude et humide : s'il ne gèle pas, c'est une période idéale pour planter les arbres fruitiers.  A noter toutefois que c'est aujourd'hui possible de planter un arbre quasiment toute l'année grâce aux conteneurs.  Si la meilleure période reste l'automne, vous pouvez tout à fait mettre en terre un arbre à la fin du printemps.  Il vous faudra simplement veiller à l'arroser très régulièrement le premier été. 

04/12/2009

 Plantation d'un arbre fruitier

Creuser un trou 

 

Le trou de plantation devra être ouvert 2 à 3 semaines avant la plantation.  Aussi large que profond (60x60x60 cm),  Vous réserverez sa terre de côté, en séparant la couche superficielle (terre riche qui sera remise au fond) de la couche profonde (appauvrie) car lors de la plantation on inversera la disposition de la terre de ces deux couches comme cela est indiqué sur le schéma ci-dessous.

 

plantation 1

 

 

Préparation de l'arbre

 

2 opérations doivent être conduites pour favoriser une bonne reprise:

·   La première est "l'habillage" des racines, qui consiste à tailler l'extrémité des grosses racines.

·   La deuxième consiste à plonger tout le système racinaire dans un seau de pralin, solution vendue toute prête ou préparée par vos soins avec de la boue. Le but est double: fertilisation et maintien des racines à l'humidité.

 

Mise en place

 

Pour pousser bien droit, un jeune fruitier a besoin d'un tuteur. Celui-ci doit être enfoncé dans le trou avant la mise en place de l'arbre.  La profondeur à laquelle placer les racines est déterminée par le bourrelet de greffe (renflement cicatriciel bien visible sur le tronc), qui doit arriver juste au niveau du sol.  Pour vous en assurer, vous pouvez vous aider d'un bâton jeté en travers du trou.

plantation2

 

Rebouchez ensuite le trou avec un mélange composé de la terre extraite, à laquelle vous aurez incorporé un bon fumier.  Secouez les racines pour ne pas laisser de poche d'air, très préjudiciable.

Accrochez soigneusement l'arbre à son tuteur; ne serrez pas trop les liens, qui pourraient abîmer le tronc pendant la croissance.  Ménagez au pied de l'arbre une cuvette, qui facilite les arrosages.  Vous commencerez d'ailleurs ceux-ci immédiatement, en humidifiant généreusement la terre de façon à bien la tasser.

 

plantation 3

28/11/2009

Taille des arbres fruitiers

Les arbres ont naturellement une dominance apicale : leurs rameaux se développent vers le haut car la plante se développe au niveau du bourgeon terminal, qui produit un développement vertical du rameau.  Quand on supprime une partie d’une branche, c’est le bourgeon situé juste en dessous de la coupe qui se développera le plus.  Chaque coupe se fera donc juste au-dessus d'un bourgeon tourné vers l'extérieur de la couronne de l'arbre.  Ces coupes se font légèrement en pente afin de ne pas laisser stagner l'eau mais avec la pente d'écoulement de l'eau disposée de l'autre côté du bourgeon afin de ne pas laisser une goutte d'eau à la basse de celui-ci.  Il faut, en outre, que la coupe soit nette pour avoir une surface de cicatrisation minime et réduire l’entrée des possibles infections.  Il est nécessaire de couvrir ensuite les parties à vif avec un produit cicatrisant, ex : Goudron de Norvège.

 

La taille de formation

 

taille arbe fruitier.gifPour obtenir des charpentières à partir d'un scion, il faut sectionner la tige un peu au dessus d'un bourgeon pour provoquer la naissance de ramifications. On en conservera que 3 inclinées à 45° environ.  Ces trois ramifications seront ensuite dédoublées pour donner 6 branches charpentières.

 

taille des arbres fruities.JPG

 

La taille d’entretien

> Nettoyage
Premier travail, faites un peu de ménage !  Supprimez les branches mortes, celles qui s'entrecroisent (en conservant la plus vigoureuse) et les bois abîmés.  Profitez-en pour enlever également tous les fruits momifiés qui auraient pu rester sur la ramure.
> Eclaircissage
Le but de cette étape est d'apporter de la lumière au centre de l'arbre, pour garantir une mise à fruit homogène. Pour cela, supprimez les branches pointant vers l'intérieur.
> Tour de l'arbre
Réduisez la longueur des branches principales en supprimant leur extrémité (c'est ce que l'on appelle "rabattre"). Ceci a pour but de répartir la sève dans les branches latérales, dont le développement sera ainsi stimulé.  Mais il faut également rabattre ces dernières, de façon à ce que la mise à fruit s'opère assez près de la branche principale et non au bout de longues branches ne portant que des feuilles !  Taillez systématiquement au-dessus d'un bourgeon tourné vers l'extérieur (pour optimiser le placement de la future branche).